fbpx
Semoir à maïs adapté pour le semis sur billons du soya aux Fermes Longprés. On note à l’avant les coutres circulaires tranchants. (Photo 3)

Semoir à maïs adapté pour le semis sur billons du soya aux Fermes Longprés. On note à l’avant les coutres circulaires tranchants. (Photo 3)

Des machines pour billonner

« Il existe autant d’équipements et de pratiques de culture  sur billons que de billonneurs », constate l’agronome Cécile Tartera, conseillère en agroenvironnement pour le Groupe ProConseil. Mme Tartera suit les cultures de nombreux producteurs, dont Jean-François Ridel, président du Club Action Billon. L’UtiliTerre vous présente quelques exemples des machines les plus employées pour la culture sur billons, notamment aux Fermes Longprés.

Le sarcleur-billonneur

De nombreux producteurs effectuent le billonnage au dernier sarclage de la culture précédente. Cependant, cette opération peut se dérouler après la récolte d’une céréale à paille. On utilise souvent le même sarcleur lourd pour le billonnage et le désherbage. Simplement, on ajoute au-dessus des couteaux des versoirs, ou « oreilles », qui repoussent la terre sur les côtés pour former les billons.

Photo 1 - Dent du sarcleur équipée des deux versoirs billonneurs, aux Fermes Longprés. Juste au-dessous se trouventdeux couteaux effectuant un sarclage sur 43 cm.

Photo 1 – Dent du sarcleur équipée des deux versoirs billonneurs, aux Fermes Longprés. Juste au-dessous se trouventdeux couteaux effectuant un sarclage sur 43 cm.

Aux Fermes Longprés, on confectionne les billons destinés au soya lors du dernier sarclage du maïs, la saison d’avant. Les couteaux placés en V sur les dents sont alors plus courts que pour les deux sarclages d’été (voir la section sur le sarcleur lourd). Ainsi, ils couvrent au billonnage une largeur de travail de 43 cm (17 po). C’est juste au-dessus que sont accrochés les deux versoirs billonneurs (photo 1).

Le billonnage au dernier sarclage d’une culture est le bon moment pour semer des engrais verts entre les rangs. On installe alors, sur le sarcleur billonneur, un semoir doté de tuyaux déposant les semences à la volée entre les rangs (photo 2).

Photo 2 - Sarcleur effectuant le billonnage au dernier sarclage du maïs, équipé de tôles protectrices et d’un semoir pour le semis d’un engrais vert intercalaire.

Photo 2 – Sarcleur effectuant le billonnage au dernier sarclage du maïs, équipé de tôles protectrices et d’un semoir pour le semis d’un engrais vert intercalaire.

Lors du billonnage, il est impératif de protéger les rangs de la culture au moyen de plaques, de tunnels, de disques ou de roues soleil, comme lors des sarclages.

Le semoir sur billons

On installera sur le semoir des outils servant à dégager le sommet du billon où l’on dépose la semence. Il peut s’agir d’un coutre circulaire tranchant, d’un tasse-résidus, d’un « décapeur » ou d’une combinaison de ceux-ci.

Mais c’est le décapeur qui fait le gros du travail de préparation du lit de semences : il tranche le sol, écarte résidus et mauvaises herbes, tout en facilitant le dépôt des semences à la profondeur voulue, ainsi que l’apport des engrais.

Le décapeur utilisé sur le semoir à maïs et soya des Fermes Longprés se compose d’un disque tranchant horizontal qui tourne au bas d’un solide cylindre. Les spécialistes déconseillent cependant ce type de décapeur en sol pierreux. Parmi les autres types de décapeurs, mentionnons le modèle en forme de grande patte-d’oie très robuste. Ce dernier peut cependant lisser une terre trop humide. D’autres modèles existent, par exemple une paire de disques concaves verticaux placés en quinconce et suivis de lames disposées en V pour niveler le sol.

On installera sur le semoir des roues stabilisatrices pour garantir son maintien au-dessus des billons. Certaines de ces roues, placées à l’avant de chaque unité de semis, fonctionnent en tandem, une roue étant posée sur chaque versant du billon. On peut aussi poser à chaque extrémité du semoir une grande roue plate ou une paire de roues coniques ou en forme de V qui circulent dans l’entre-billons.

Le sarcleur lourd

Le sarcleur lourd présente une dent pour chaque entre-rang. Plusieurs producteurs équipent cette dent de couteaux, de chaque côté, pour élargir la zone désherbée.

Chez les Dewavrin, la largeur de sarclage varie de 43 cm (17 po) à 63 cm (25 po). Leur sarcleur lourd est muni de roues soleil qui protègent les rangs au sommet du billon contre les mottes de terre projetées (photo 3).

Photo 7 - Sarcleur lourd modifié aux Fermes Longprés pour désherber entre les billons de soya. Les roues soleil protègent le rang pendant le sarclage.

Photo 3 – Sarcleur lourd modifié aux Fermes Longprés pour désherber entre les billons de soya. Les roues soleil protègent le rang pendant le sarclage.

Pour désherber tout près du rang (par exemple à 5 cm), deux disques concaves tranchants sont utilisés (photo 4). Ils chassent les mauvaises herbes et les résidus vers l’entre-rang où les pattes du sarcleur finissent de les détruire.

Photo 8 - Disques sarclant tout près du rang qui repoussent les mauvaises herbes et les résidus découpés vers l’entre-billon où ils finiront d’être détruits.

Photo 4 – Disques sarclant tout près du rang qui repoussent les mauvaises herbes et les résidus découpés vers l’entre-billon où ils finiront d’être détruits.

Aux Fermes Longprés, le désherbage du soya tout près du rang au stade cotylédon peut se faire avec une grande précision et à une vitesse de 10 km/h, grâce à un système de caméras placé sur le sarcleur.

Rappelons pour terminer qu’il faut s’assurer d’avoir des roues suffisamment étroites et espacées adéquatement pour circuler entre les billons. Des précautions qui en valent la peine, selon de nombreux agriculteurs et agricultrices ayant adopté cette pratique culturale.