fbpx
Un dépistage massif a été fait par la Santé publique auprès de la majorité des travailleurs de l’usine d’abattage et de transformation des Viandes du Breton. Photo : Archives/TCN

Un dépistage massif a été fait par la Santé publique auprès de la majorité des travailleurs de l’usine d’abattage et de transformation des Viandes du Breton. Photo : Archives/TCN

Viandes du Breton aux prises avec une éclosion de COVID-19

Épargnée lors de la première vague de COVID-19, l’entreprise d’abattage et de transformation Viandes du Breton, de Rivière-du-Loup dans le Bas-Saint-Laurent, est aux prises avec une éclosion. À ce jour, 17 employés sont atteints.  

C’est ce que révèlent les premiers résultats d’un test de dépistage massif mené par la Santé publique dans les dernières semaines auprès de 400 des 450 travailleurs de l’usine. « Quelques résultats de tests qui ont été faits la semaine dernière restent encore à obtenir », mentionne Julie Lamontagne, responsable des communications chez Viandes du Breton. Les employés affectés ont été placés en quarantaine, mais ceci n’aurait pour l’instant aucun impact sur la chaîne de production et le rythme d’abattage, précise-t-elle.

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs Viandes du Breton, affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), reproche quant à lui à l’employeur d’être responsable de cette éclosion en ayant laissé entrer dans l’usine des employés d’agences de placement en provenance de zones rouges sans exiger d’eux un test négatif de COVID-19. « C’est irresponsable et dangereux, car cela met à risque nos membres ainsi que la population de Rivière-du-Loup », a dénoncé le président du syndicat, Yannick Morin, dans un communiqué publié par la CSN le 12 février.

Viandes Du Breton réplique « qu’une bonne partie de la contamination n’a pas eu lieu en milieu de travail », rapporte Mme Lamontagne, qui refuse toutefois de s’épancher sur les mesures de prévention appliquées, précisant que « les politiques de prévention de l’entreprise sont et demeureront un document interne ».

La Santé publique de la région du Bas-Saint-Laurent indique de son côté suivre la situation de près. Gilles Turmel, conseiller aux relations médias du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent, ajoute qu’il y a pour l’instant « une bonne collaboration avec les dirigeants de l’entreprise, qui est elle-même responsable de la mise en place des mesures de prévention recommandées par la Commission des normes, de l’équité de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) ».

Les Viandes du Breton sont un transformateur spécialisé dans la viande de porcs biologiques et sans antibiotiques.