fbpx
C’est la troisième année de suite que les PPAQ enregistrent une hausse de production, soit depuis les 118 millions de livres de sirop d’érable récoltés en 2018. Photo : Gracieuseté des PPAQ

C’est la troisième année de suite que les PPAQ enregistrent une hausse de production, soit depuis les 118 millions de livres de sirop d’érable récoltés en 2018. Photo : Gracieuseté des PPAQ

Rien n’arrête les acériculteurs, pas même la COVID-19

Malgré les contraintes imposées par la pandémie de COVID-19 en matière de procédures, les acériculteurs du Québec ont connu une année record en 2020 tant pour la quantité produite (175 millions de livres) que dans le rendement (3,59 livres par entaille).

Il s’agit d’une récolte de 16 millions de livres supplémentaires par rapport à 2019, qui était elle-même une année record. « C’est une saison extraordinaire qu’on attribue au perfectionnement des technologies, mais surtout à la météo. Cette année, le printemps a été long. Nous avons eu un climat idéal, c’est-à-dire -4 la nuit et +4 le jour », explique Hélène Normandin, directrice des communications corporatives pour les Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ).

Sur le plan régional, les 513 producteurs de la Montérégie se sont particulièrement illustrés avec un rendement exceptionnel de 4,25 livres par entaille. Avec ses 3 176 entreprises et ses 18 millions d’entailles, la région de Chaudière-Appalaches a livré plus du tiers de toute la production québécoise en 2020.

Grâce à cette saison record, la réserve stratégique s’élève maintenant à environ 100 millions de livres de sirop d’érable. Ce faisant, l’entrepôt à Laurierville atteint presque sa capacité maximale et les PPAQ ne cachent pas être à la recherche d’un autre lieu d’entreposage. « Cela pourrait être un bâtiment existant ou bien nous pourrions en construire un. Aucune décision n’a encore été prise à ce sujet », poursuit Hélène Normandin.

La COVID-19 a évidemment apporté son lot d’ajustements chez les acériculteurs, mais elle a aussi contribué à forger une fausse perception dans l’opinion publique. « Parce que les cabanes à sucre commerciales étaient fermées, les gens avaient l’impression que c’était une année catastrophique. Mais, ces cabanes, qui ont un permis de restauration, sont au nombre de 200 contre 7 400 entreprises qui participent à la mise en marché du sirop d’érable », nuance la directrice des communications corporatives.

Pas d’émissions supplémentaires

Enfin, dans une volonté de maintenir un équilibre entre l’offre et la demande, aucune émission d’entailles supplémentaires n’a été accordée depuis quatre ans. Sur les 5 millions octroyées en 2016, 82 % ont été installées (4,1 millions) à ce jour, dont 2,3 millions seulement au cours des deux dernières années.

Et exceptionnellement, en raison de la pandémie de ­COVID-19, l’émission des 40 000 entailles de contingent que les PPAQ réserve à la relève chaque année est ­reportée à 2021. Quatre-vingt mille entailles seront alors ­accordées, et les acériculteurs qui étaient admissibles en 2020 le seront également l’an prochain.

Bernard Lepage, collaboration spéciale