fbpx
Photo : Shutterstock.com

Photo : Shutterstock.com

Pressions pour un accès hâtif au vaccin  

Alors que la vaccination contre la COVID-19 est en cours, l’Union des producteurs agricoles (UPA) réitère sa volonté de voir les employés du secteur agroalimentaire ainsi que les travailleurs étrangers temporaires (TET) recevoir une dose en priorité 

Marcel Groleau, président de l’UPA avait affirmé déjà ce souhait lors du congrès de l’organisation le 1er décembre. En janvier, une lettre a été envoyée au gouvernement Legault afin de prioriser les secteurs de l’agriculture et de la transformation agroalimentaire lors de la vaccination. « Naturellement, on ne veut pas qu’ils passent avant les personnes vulnérables et le personnel de la santé », précise M. Groleau en entrevue. Il mentionne que l’Ontario a pris des dispositions pour vacciner les travailleurs agricoles en priorité. « On demande à Québec d’agir de la même façon », dit-il. 

Plus récemment, une demande a été adressée au ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, afin que les TET puissent être vaccinés. Cette requête fait suite aux recommandations de la Santé publique que les travailleurs étrangers demeurent éloignés les uns des autres. « Ces exigences sont impossibles à réaliser. On a donc suggéré comme solution qu’ils soient vaccinés », mentionne M. Groleau. Il estime que ce serait environ 1 000 personnes à vacciner par semaine durant huit semaines en avril et juin. L’idéal serait qu’ils soient vaccinés avant leur arrivée, mais comme la vaccination est moins avancée dans leur pays, l’UPA estime que le Québec pourrait offrir ce service à ces travailleurs indispensables. L’organisation n’a pas eu de réponses à ses demandes pour le moment.  

Le relationniste Robert Maranda mentionne que son ministère de la Santé et des Services sociaux est conscient del’importance de vacciner les travailleurs du secteur agricole. « Toutefois, il s’agit d’une question d’équité et de protection de la santé de la population et des travailleurs du réseau de la santé dans un contexte où les vaccins sont disponibles en quantité limitée », indique-t-il.  Les responsables de la priorisation du Comité sur l’immunisation du Québec se penchent sur cette question, notamment pour déterminer la liste des travailleurs qui auront accès à la vaccination. Les travailleurs étrangers ont été portéà leur attention, assure M. Maranda.