fbpx
Après avoir été ralenties par la COVID-19, les équipes de classement du sirop d’érable en baril ont maintenant rattrapé leur retard. Photo : Martin Ménard/Archives TCN

Après avoir été ralenties par la COVID-19, les équipes de classement du sirop d’érable en baril ont maintenant rattrapé leur retard. Photo : Martin Ménard/Archives TCN

Les retards de classement du sirop résorbés

Plusieurs acériculteurs se sont récemment inquiétés d’être payés très tard pour leur production 2020 en raison du classement du sirop d’érable qui accusait des retards considérables. La situation s’est grandement améliorée depuis.

« Des retards, il n’y en a plus. Jusqu’à maintenant, 30,5 millions de livres de sirop ont été classés, ce qui est très bien, car à pareille date l’an dernier, il y en avait 28,5. La situation a vraiment viré bout pour bout », résume Simon Trépanier, directeur des Producteurs et productrices acéricoles du Québec.

Des équipes maintenant complètes

Ce dernier précise qu’à la mi-mars, près de la moitié des inspecteurs avaient signifié qu’ils ne pourraient pas ou ne voudraient pas travailler en raison de la COVID-19. Il y avait alors 7 équipes sur 15 en activité, indique M. Trépanier. Les mesures supplémentaires de désinfection et de distanciation mises en place par l’organisme responsable de l’inspection, Acer Division Inspection, ont ­permis graduellement de retrouver l’ensemble du personnel. Les 15 équipes sont ­maintenant au travail.

Il est cependant à prévoir que la récolte prolifique d’eau d’érable cette année créera un engorgement « naturel » pour l’inspection.