fbpx
Trois employés de l’usine d’Exceldor de Saint-Bruno-de-Montarville ont été testés positifs à la COVID-19. Photo: gracieuseté d’Exceldor

Trois employés de l’usine d’Exceldor de Saint-Bruno-de-Montarville ont été testés positifs à la COVID-19. Photo: gracieuseté d’Exceldor

De nouveaux cas de COVID-19 dans les usines d’abattage

Exceldor est aux prises avec ses premiers cas de COVID-19, alors que trois de ses employés de l’usine de Saint-Bruno-de-Montarville, en Montérégie, ont été testés positifs au cours de la fin de semaine dernière. Cela s’ajoute à de nouveaux cas détectés du côté d’Olymel dans deux autres usines que celle de Yamachiche, qui a tout récemment dû suspendre ses activités.

Les trois employés d’Exceldor qui sont officiellement porteurs du virus travaillaient lors du quart de soir dans l’usine qui emploie 350 personnes. L’employeur a été avisé de la situation dimanche en fin de journée et a demandé aux employés infectés ainsi qu’à la centaine de travailleurs sur la même équipe de travail de se mettre en quarantaine, indique la porte-parole de l’entreprise, Gabrielle Fallu.

Questionnée sur le nombre d’employés en attente d’un diagnostic ou présentant des symptômes du virus, cette dernière a préféré de pas dévoiler ces informations afin d’éviter un vent de panique. Mais toujours selon elle, le constat « est vraiment loin d’être alarmant ».

De plus, Mme Fallu énumère une liste de mesures mises en place depuis plusieurs jours comprenant le port d’une visière pour couvrir le visage des employés ainsi que l’ajout de panneaux de polymère transparent (plexiglas) pour séparer les employés qui travaillent à moins d’un mètre l’un de l’autre.

Chez Olymel, trois employés sont nouvellement porteurs du virus à l’usine F. Ménard, d’Ange-Gardien en Montérégie, ainsi qu’un cas à l’emploi de l’usine de Vallée-Jonction, dans Chaudière-Appalaches. Tous ces nouveaux cas ont été rapidement pris en charge par la santé publique, indique le porte-parole Richard Vigneault. Ce dernier n’était toutefois pas en mesure d’indiquer combien d’employés ont été en contact avec ceux-ci et donc dû être placés en quarantaine.

Soulignons que de nouveaux cas de COVID-19 ont aussi été détectés au sein de l’équipe de l’usine ATrahan, à Yamachiche. Une quinzaine de cas se sont ajoutés aux neuf premiers employés testés positifs à la maladie, ce qui a poussé Olymel à fermer temporairement les portes de l’usine au cours de la fin de semaine.

Chez Exceldor, on affirme qu’un scénario de fermeture semblable n’est pas envisagé pour Saint-Bruno-de-Montarville.