fbpx
L’agriculteur français Christian Daniau a voulu remercier à sa façon ceux qui effectuent un autre travail essentiel. Crédit : Tirée d’une vidéo de Christian Daniau

L’agriculteur français Christian Daniau a voulu remercier à sa façon ceux qui effectuent un autre travail essentiel. Crédit : Tirée d’une vidéo de Christian Daniau

COVID-19 : remerciement original d’un producteur français au personnel soignant

La France fait partie des pays les plus durement touchés par la pandémie de COVID-19. Les travailleurs de la santé sont à pied d’œuvre, comme partout sur la planète, pour limiter les dégâts, et les agriculteurs aussi.

Christian Daniau, producteur de grandes cultures en Charente, dans l’ouest du pays, a tenu à sa façon à remercier tous les travailleurs de la santé, en écrivant dans son champ avec sa herse : Merci aux soignants.

Christian Daniau. Crédit : Gracieuseté

Christian Daniau. Crédit : Gracieuseté

« Au début, je voulais faire un message positif destiné aux agriculteurs, mais étant donné les circonstances, je me suis dit qu’il valait mieux communiquer avec les blouses blanches », a expliqué à La Terre l’agriculteur qui milite depuis des années contre l’agribashing qui frappe bon nombre de producteurs en France.

« En fait, je voulais même écrire : Merci aux blouses blanches, mais c’était beaucoup trop long. Alors j’ai rétréci à soignants. C’est plus court et plus inclusif pour tous les professionnels de la santé », rigole celui qui a vu son message devenir viral sur la toile.

En ce qui concerne les récoltes en France, M. Daniau explique que tout comme ici, il est difficile de réunir la main-d’œuvre pour les effectuer. Les agriculteurs français ont d’ailleurs fait un appel aux gens qui ont perdu leur emploi pour venir donner un coup de main puisque plusieurs travailleurs étrangers ne peuvent entrer au pays.

Celui qui fait notamment pousser du blé, de l’orge, du colza, du soya et du millet a conclu le tout sur une note d’espoir. « Je prépare probablement un autre message pour la fin de la crise. Et en plus, cette année, on fait pousser du maïs pour le popcorn. On pourra le faire éclater pour faire la fête quand ce sera derrière nous. »