fbpx
Devant la menace de la COVID-19, l’encanteur Daniel Paul-Hus prend des précautions pour protéger ses clients lors de ses encans. Photo: Gracieuseté de Daniel Paul-Hus

Devant la menace de la COVID-19, l’encanteur Daniel Paul-Hus prend des précautions pour protéger ses clients lors de ses encans. Photo: Gracieuseté de Daniel Paul-Hus

COVID-19 : le point sur les encans

Plusieurs encans ont été annulés ou reportés pour éviter la propagation de la COVID-19, tandis que d’autres poursuivent leurs activités. La Terre dresse un portrait de la situation actuelle.

Du côté des Encans Sélect Gène, par exemple, l’activité prévue le 20 mars à Saint-Elzéar de Beauce est maintenue, mais la vente sera également diffusée sur la chaîne LiveAuctions.tv.

Les Encans Breton ont indiqué pour leur part que l’événement qui était prévu à la Ferme de Warwick le 21 mars a été reporté au 23 mai. Les Enchères René Houde ont également décidé de reporter la plupart de leurs événements, sans préciser de nouvelles dates.

Daniel Paul-Hus entend pour sa part continuer à faire ses ventes aux enchères d’équipement agricole devant public au cours des prochains jours. Il a justement animé le 19 mars un événement aux Entreprises Philippe Daigneault, à Saint-Bruno-de-Montarville en Montérégie, où se trouvaient au moins 50 acheteurs potentiels. Ces derniers se tenaient à un ou deux mètres de distance, assure-t-il. Et l’encanteur estime qu’il y a suffisamment d’espace sur le terrain des autres événements à venir pour que cette mesure soit respectée.

M. Paul-Hus indique qu’il a abandonné la prise de numéros papier pour limiter la propagation. « C’est seulement le nom [de l’acheteur] qui est crié. De cette manière-là, je protège plus mes clients », considère-t-il. De plus, il souligne que la moitié des lots qui étaient en vente ce jour-là ont été négociés via son site Web.

Mais selon lui, « ça va être terrible » si le gouvernement en vient à interdire tous les rassemblements publics, y compris ceux à l’extérieur. « Les encans de ferme, c’est quelque chose de saisonnier. On est en plein cœur des besoins des agriculteurs et on sent que le marché est intéressant », plaide M. Paul-Hus.

Des encans d’animaux à huis clos

Rappelons que les Producteurs de bovins du Québec (PBQ) ainsi que les présidents d’associations d’encans d’animaux vivants ont décidé de tenir désormais leurs activités à huis clos. Cette mesure a pour effet d’exclure tant la présence des gens du public que celle des producteurs de bovins de réforme, de veaux d’embouche et de veaux laitiers.