La pelletée de terre symbolique annonçant le début des travaux au CIAQ a eu lieu en présence de nombreux partenaires et dignitaires. Photo : Gracieuseté du CIAQ

La pelletée de terre symbolique annonçant le début des travaux au CIAQ a eu lieu en présence de nombreux partenaires et dignitaires. Photo : Gracieuseté du CIAQ

Le CIAQ s’offre une cure de jeunesse

Pour ses 70 ans, le Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ), l’un des leaders mondiaux de la génétique bovine, investit près de 4 M$ en rénovations à son siège social de Saint-Hyacinthe.

Les travaux serviront notamment à l’aménagement de laboratoires, de bureaux, de salles de haute technologie ainsi qu’à la modernisation des neuf étables. Le chantier sera aussi l’occasion de rapatrier les installations de Boviteq, la filiale spécialisée dans la transplantation embryonnaire, dans les locaux du CIAQ. Les travaux devraient être terminés pour juillet prochain.

« Grâce à ces nouvelles installations, nous pourrons développer des produits et services toujours plus innovants, être plus performants et rester compétitifs dans un marché en évolution », a expliqué le directeur général du CIAQ, Mario Hébert.

Fondé en 1948, le CIAQ offre des services de vente de semence bovine, d’insémination artificielle, de services-conseils en sélection génétique et de transfert d’embryons. Le Centre détient près de la moitié de L’Alliance Semex, l’un des joueurs dominants de la génétique bovine dans le monde, présent dans plus de 80 pays. Le CIAQ emploie quelque 275 personnes au Québec. Il est propriété des Producteurs de lait du Québec, du Conseil québécois des races laitières et du Conseil provincial des cercles d’amélioration du bétail.