Les fèves de cacao qui ont permis à Christine Blais de remporter ce prix proviennent de Bolivie, et le sucre d’érable, de Saint-Julien dans les Appalaches. Crédit photo : Myriam Laplante El Haïli/TCN

Les fèves de cacao qui ont permis à Christine Blais de remporter ce prix proviennent de Bolivie, et le sucre d’érable, de Saint-Julien dans les Appalaches. Crédit photo : Myriam Laplante El Haïli/TCN

Un chocolat québécois internationalement primé

Christine Blais, de la chocolaterie Palette de Bine, a remporté la médaille d’or dans sa catégorie pour son chocolat « Bine à l’érable » aux International Chocolate Awards 2016.

Produite grâce à des fèves sauvages de Bolivie, la « palette » à l’érable s’est démarquée dans la catégorie « chocolat noir fabriqué avec un sucre alternatif naturel » et a remporté la médaille d’or dans les régions des Amériques et de l’Asie-Pacifique cette année.

La compétition se déroulait au New Jersey, et les résultats ont été annoncés le mois dernier. « Je suis contente du dénouement », dit Mme Blais.

Pour la transformatrice, la qualité des produits avec lesquels elle travaille est la raison de son succès. Il est donc primordial de la respecter. « J’essaie vraiment de mettre en valeur la richesse de ces fèves-là et le travail des fermiers, explique Mme Blais. Si on me donnait des fèves dégueulasses, je ne serais pas capable de faire un bon chocolat. »

Par le fait même, sa réussite passe par les producteurs qui lui fournissent son cacao. Elle tente de faire affaire avec des coopératives regroupant les producteurs indépendants qui assurent la traçabilité de ses fèves.

Le sucre d’érable vient du Domaine des 15 lots, à Saint-Julien, près de Thetford Mines. « J’ai besoin d’un sucre super sec pour mettre dans mon chocolat, et la propriétaire du domaine, Nathalie Simoneau, me permet de travailler avec cette qualité de produit », ajoute Mme Blais.

Victime de sa popularité, la tablette « Bine à l’érable » ne se trouve pas en épicerie. On peut seulement se la procurer à l’atelier de Tremblant.