fbpx
En 2019, 186 000 kg d’œufs bio ont été vendus comparativement à 84 000 kg en 2012. Photo : Archives/TCN

En 2019, 186 000 kg d’œufs bio ont été vendus comparativement à 84 000 kg en 2012. Photo : Archives/TCN

Les œufs bio poursuivent leur progression

Depuis 2012, les ventes d’œufs bio n’ont cessé de gagner des parts de marché, passant de 4 M$ à 10 M$ en 2019, pour une augmentation de l’ordre de 123 %, selon les données de la firme Nielsen dévoilées par le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Pêcheries du Québec (MAPAQ).

Bien que ces ventes restent marginales par rapport aux œufs conventionnels, cette augmentation réjouit Jean-Luc Turgeon, vice-président des ventes de la division québécoise de Fermes Burnbrae, de Saint-Zotique en Montérégie, l’un des plus grands distributeurs d’œufs au Québec, qui s’approvisionne entre autres dans quelques fermes bio. M. Turgeon signale par ailleurs que cette forte croissance crée certains défis de logistique pour ajuster la production à la demande des consommateurs. « Les producteurs d’œufs bio n’ont pas les mêmes exigences à respecter que ceux qui produisent des œufs conventionnels. Il faut donc s’ajuster d’avance et le défi est de savoir anticiper la quantité qui répondra correctement à la demande en évitant les pertes », dit-il.

Le président des Producteurs d’œufs du Québec, Paulin Bouchard, croit aussi que cette progression est une bonne nouvelle tant pour les consommateurs que les producteurs qui investissent dans ce type de fermes. « Comme on ne peut pas forcer les producteurs à aller vers le bio, on le propose à certains, par exemple à ceux qui souhaitent diversifier leur production, qui reconstruisent leur poulailler ou aux jeunes producteurs de la relève », indique-t-il.