fbpx
Le message des producteurs de lait bio aux transformateurs : « Enlevez votre pied sur le break, il y a du lait bio qui s’en vient. » Crédit : Archives/TCN

Le message des producteurs de lait bio aux transformateurs : « Enlevez votre pied sur le break, il y a du lait bio qui s’en vient. » Crédit : Archives/TCN

Le lait bio connaît sa plus grande croissance des 10 dernières années

QUÉBEC — La production de lait bio a augmenté de 15 % en 2018 pour atteindre un total de 54 millions de litres. Il s’agit de la hausse annuelle la plus forte des 10 dernières années, a révélé le Syndicat des producteurs de lait biologique du Québec lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisme le 18 janvier, à Québec.

Les producteurs de lait biologique ont bénéficié de 49 journées additionnelles de production en comparaison de trois pour ceux qui produisent du lait conventionnel. Cela s’explique par la demande constante des consommateurs canadiens pour ce produit depuis cinq ans. Lors de l’exercice 2012-2013, les gens en ont consommé 20 millions de litres, alors qu’en 2017-2018, ils en ont consommé plus de 35 millions de litres.

« Enlevez votre pied sur le break »

Malgré la hausse annuelle de la demande, les producteurs de lait bio ont froncé les sourcils en mars et en juin 2018 lorsque les transformateurs en ont réduit significativement leurs achats, sans raison apparente. Plus de 200 000 litres de lait certifié biologique ont ainsi été vendus comme du lait conventionnel. Cette conjoncture a fait baisser la prime des 130 producteurs bio sous les 20 $ l’hectolitre lors de ces deux mois. La situation s’est redressée depuis et pour la période allant de décembre 2017 à novembre 2018, la prime moyenne a atteint 21,40 $/hl.

Lors de l’assemblée, le président du Syndicat, Bryan Denis, a mentionné que les transformateurs sont parfois réticents à lancer des produits à base de lait biologique par peur de manquer de lait. « Les résultats de notre sondage maison montrent que nos producteurs vont augmenter leurs volumes et que d’autres sont en attente de l’obtention de la certification biologique. On a alors dit aux transformateurs : “Enlevez votre pied sur le break, il y a du lait bio qui s’en vient” », raconte M. Denis.

Des transformateurs lui auraient aussi fait part de nouveaux projets à base de lait biologique, ce qui lui laisse croire que le Québec atteindra son objectif de produire 88 millions de litres en 2023, soit le double des volumes générés lors de l’exercice 2014-2015.

Bryan Denis. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

Bryan Denis. Crédit photo : Martin Ménard/TCN