fbpx
Quatre des cinq propriétaires de la Ferme Y. Lampron et Fils, assez fiers que leur lait bio se classe numéro 1 au Québec : Jean-Yves, Alexandre, Gabriel et Daniel Lampron. Pierre n’apparaît pas sur la photo. Photos : Ferme Y. Lampron et Fils

Quatre des cinq propriétaires de la Ferme Y. Lampron et Fils, assez fiers que leur lait bio se classe numéro 1 au Québec : Jean-Yves, Alexandre, Gabriel et Daniel Lampron. Pierre n’apparaît pas sur la photo. Photos : Ferme Y. Lampron et Fils

La Ferme Y. Lampron et Fils : bâtie sur des valeurs solides

BÉCANCOUR – L’équipe des propriétaires de la Ferme Y. Lampron et Fils, de Saint-Boniface en Mauricie, ne pouvait espérer plus beau cadeau pour souligner cette année le 20e anniversaire de l’obtention de la certification biologique pour leur lait.

La qualité du lait produit par les 180 vaches a valu à ­l’entreprise le certificat Or Lait’xcellent Bio décerné par les Producteurs de lait du Québec. Il faut cependant avouer que ce n’est pas la première fois que le lait des Lampron se distingue de la sorte puisqu’il avait obtenu le certificat Argent à deux reprises et l’or en 2017.

« On est fiers de ce qu’on fait », lance Alexandre Lampron, copropriétaire avec ses frères Jean-Yves, Daniel et Pierre ainsi que le fils de ce dernier, Gabriel, lui aussi reconnaissant pour le travail réalisé par ses prédécesseurs. « Avant moi, il y a eu six générations de Lampron qui ont travaillé à développer la qualité de notre produit », dit fièrement le jeune homme.

Comme ses oncles, celui-ci a fait siennes les valeurs développées et perpétuées au fil des décennies par les bâtisseurs de l’entreprise, dont les parents Yves Lampron et Estelle Saint-Pierre. Leur credo repose notamment sur des valeurs familiales fortes, le respect de la terre et du bien-être animal. « On s’assure constamment que ces valeurs soient au centre de nos décisions », affirme Daniel, le grand responsable de la gestion des travaux dans les 440 hectares de terres exploitées dans les environs.

Cette préoccupation est l’un des facteurs qui ont valu au clan Lampron d’être désigné Famille agricole de l’année 2014 par la Fondation de la famille terrienne.

Ces valeurs ont balisé les décisions de la famille, par exemple lorsqu’il a été question de prendre l’orientation de la production biologique au début des années 1990. « Dire qu’on a développé LA recette serait prétentieux, soutient Daniel. Il y a toujours place à l’amélioration et on est ouverts à tout ce qui permet de nous améliorer. » C’est toujours guidée par ces mêmes valeurs et pour ­assurer la pérennité de l’entreprise que l’équipe a entrepris en 2018 la construction d’une nouvelle étable pouvant accueillir 200 vaches maintenues sur litière de sable.

Daniel Lampron, ici devant le nouveau bâtiment de l’entreprise, est le grand responsable de la bonne santé des terres et des cultures. « On ne peut pas vraiment dire qu’on a la meilleure recette pour le travail au champ, dit-il. On a le souci constant de l’améliorer. »

Daniel Lampron, ici devant le nouveau bâtiment de l’entreprise, est le grand responsable de la bonne santé des terres et des cultures. « On ne peut pas vraiment dire qu’on a la meilleure recette pour le travail au champ, dit-il. On a le souci constant de l’améliorer. »

Tournés vers l’avenir

Chez les Lampron, la préservation des valeurs reste malgré tout synonyme de croissance, comme le prouve le lancement de la Laiterie Lampron il y a environ 18 mois.

« Le projet n’a pas évolué comme on l’avait prévu à cause de la pandémie, explique Alexandre. Nos activités de dégustation ont été annulées dans les marchés publics. Il a donc fallu repenser notre approche des consommateurs. »

La laiterie rachète de la ferme environ 10 % de sa production hebdomadaire de 35 000 litres de lait qui sont traités et embouteillés par une entreprise externe. Les producteurs espèrent le faire eux-mêmes d’ici quelques mois avec l’objectif d’atteindre 4 000 litres par semaine pour assurer la rentabilité de leur petite entreprise.

Actuellement, 2 000 litres de lait nature et au chocolat sont ainsi embouteillés chaque semaine dans des contenants de verre et distribués dans plus de 130 points de vente à travers le Québec et dans les nouvelles machines distributrices Proxifrigo. Ces dernières, développées par l’entreprise en collaboration avec son partenaire Guillaume Bélais, assurent une meilleure gestion des stocks et permettent le retour des bouteilles.

C’est aussi avec ce souci de se rapprocher des consommateurs que la ferme s’ouvre à l’agrotourisme avec des visites guidées sur rendez-vous les week-ends. Et c’est sans compter les autres projets dans la transformation du lait que mûrit l’équipe de producteurs, toujours dans le respect des valeurs de la famille.