fbpx
La production biologique occupe une grande place dans la plupart des programmes de formation au campus de La Pocatière. Photo : Éric Labonté, MAPAQ

La production biologique occupe une grande place dans la plupart des programmes de formation au campus de La Pocatière. Photo : Éric Labonté, MAPAQ

De nouvelles installations biologiques à l’ITA, campus de La Pocatière

LA POCATIÈRE — À compter de septembre prochain, l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA), campus de La Pocatière, offrira à ses étudiants une nouvelle terre agricole et une serre certifiées biologiques.

Ces installations pédagogiques, qui s’ajoutent aux 120 hectares de terre certifiés biologiques par Québec Vrai, profiteront aux élèves inscrits dans le nouveau programme de technologie de la production horticole agroenvironnementale (TPHA). L’Institut dispose aussi d’une Unité de production laitière biologique.

Les étudiants intéressés par la production horticole biologique bénéficieront dorénavant d’une superficie de culture élargie tant en champ qu’en serre, ce qui constitue pour l’ITA, une excellente nouvelle. La transition amorcée dans les deux installations, il y a trois ans, a mené à l’obtention d’un certificat de conformité biologique.

Selon Normand Caron, directeur de la Ferme-école Lapokita, grâce à ces nouvelles installations, « tout ce qui entre dans la production de lait biologique et dans la production de fruits et légumes est certifié bio. » Quelques terres servant à l’alimentation des chevaux et à la production de lait conventionnel n’ont pas encore de certification, précise le directeur. Parmi les cultures que pourront explorer les étudiants de l’ITA, on retrouve celles des champignons, des légumes et des petits fruits variés, des plants de ceps de vigne, des arbres à noix et des camérisiers.

Plus de bio

Le professeur et chef d’équipe du programme de TPHA, Guy Langlais, affirme que ces nouvelles installations arrivent au bon moment pour l’ITA qui souhaitait accroître la part d’enseignement consacrée au mode biologique. « L’ITA offrait déjà plus d’heures de cours en production biologique que n’importe quel autre collège au Québec », fait-il valoir dans un communiqué.

Pour le directeur du campus, Sylvain Gingras, ces nouvelles certifications biologiques viennent ajouter des espaces pédagogiques supplémentaires dans les installations déjà existantes mises à la disposition des étudiants.

« En misant sur un enseignement combinant les modes conventionnel et biologique dans la plupart des programmes techniques dispensés au campus de La Pocatière, dit-il, l’ITA souhaite permettre à ses étudiants d’avoir une vision globale de ce qui se fait en agriculture aujourd’hui et ainsi les rendre polyvalents. Nous voulons donner tous les outils nécessaires à nos étudiants, afin qu’ils puissent faire des choix éclairés après leur formation à l’ITA. »

À leur 3e année du programme, les étudiants pourront choisir de se spécialiser en agroenvironnement ou en agroécologie.