fbpx
Les fromageries artisanales, comme la Fromagerie du Presbytère, ont eu la cote cet été auprès des nombreux vacanciers québécois. Photo : Gracieuseté de la Fromagerie du Presbytère

Les fromageries artisanales, comme la Fromagerie du Presbytère, ont eu la cote cet été auprès des nombreux vacanciers québécois. Photo : Gracieuseté de la Fromagerie du Presbytère

La meilleure année des fromagers québécois

Si la crise de la COVID-19 a déstabilisé l’économie québécoise au printemps et fait piquer du nez les ventes de fromages fins, la reprise a été bénéfique pour les fromagers artisanaux de la province. Ils enregistrent même l’une des meilleures saisons estivales de leur carrière. 

La Fromagerie du Presbytère, de Saint-Elizabeth-de-Warwick au Centre-du-Québec, n’avait jamais reçu autant de visiteurs que cet été. Les Québécois, qui n’ont pu sortir du pays à cause de la pandémie, ont profité de leurs vacances pour visiter la province et ses artisans fromagers. « Je n’aurais jamais pensé vivre ça ici », soutient le propriétaire Jean Morin. La hausse d’achalandage à l’île d’Orléans a fait multiplier par quatre les volumes qui lui sont habituellement commandés par l’une des boutiques locales. « [Cette année], on vit comme une période des Fêtes prolongée », dit-il.

Simon-Pierre Bolduc, Fromagerie La Station

Simon-Pierre Bolduc, Fromagerie La Station

À Compton en Estrie, la fromagerie La Station a manqué – et manque encore – de certains produits. Le copropriétaire Simon-Pierre Bolduc explique que l’incertitude causée par le confinement au printemps lui a fait réduire la production de fromages à pâte demi-ferme. « Ce qu’on a fait ce sont des fromages qui pouvaient être affinés longtemps, comme nos pâtes fermes Alfred le fermier et le Chemin Hatley, et si on s’était retrouvés dans un contexte où les ventes étaient à la baisse, on aurait pu reporter les ventes à plus tard », indique M. Bolduc. Le fromager est optimiste quant à la planification de la production et des ventes pour la période des Fêtes, mais il reste prudent, puisqu’il ne peut prédire l’évolution de la pandémie d’ici là.

Rose-Alice Médard

Rose-Alice Médard

« On a battu des records de tous les temps », indique pour sa part Rose-Alice Médard, copropriétaire de la Fromagerie et boulangerie Médard à Saint-Gédéon au Lac-Saint-Jean. Elle ajoute que les Québécois étaient au rendez-vous et plus qu’à l’habitude. Chiffrer la hausse de la demande lui est encore impossible, mais elle dépasse assurément les 10 % observés l’année dernière. Comme Simon-Pierre Bolduc, Mme Médard avait revu sa planification d’affinage au printemps, ce qui lui a fait manquer de fromages au pic de l’été.

Nancy Portelance, présidente de Plaisirs Gourmets, qui est le distributeur exclusif de 16 fromagers artisans, confirme que 2020 a été la meilleure année des 20 dernières années. Au printemps, le confinement a causé une diminution des ventes de l’ordre de 35 %, mais ces pertes ont été absorbées pendant l’été. « Juillet et août ont été des mois exceptionnels. Le pourcentage qu’on chiffre, c’est 30 % de hausse de la demande. Malheureusement, on n’a pas été capable de répondre à la demande en totalité [puisque] les fromageries ont aussi été prises d’assaut dans leurs régions. […] On a quand même eu une croissance réelle de 10% des ventes depuis deux mois », dit-elle.