fbpx
La ferme verticale GoodLeaf cultive diverses pousses, telles que de chou frisé, de roquette et de pois. Photo : Gracieuseté de GoodLeaf

La ferme verticale GoodLeaf cultive diverses pousses, telles que de chou frisé, de roquette et de pois. Photo : Gracieuseté de GoodLeaf

GoodLeaf choisit le Québec pour installer une ferme verticale

Les tarifs d’électricité abordables et le marché qu’offre le Québec ont incité GoodLeaf, une division de l’équipementier néo-écossais TruLeaf qui compte McCain parmi ses investisseurs, à établir une ferme verticale à Longueuil, aux limites de Saint-Bruno-de-Montarville, en Montérégie.

La construction devrait s’amorcer cet automne en vue d’une commercialisation des produits dans les épiceries au cours de l’automne 2022. La province représente un endroit stratégique intéressant pour l’entreprise qui a aussi des installations à Guelph, en Ontario. « Il s’agit pour nous d’une porte d’entrée sur le marché de l’est du Canada, qui nous permettra d’offrir des produits GoodLeaf frais et locaux sur les tablettes des magasins du Québec et des Maritimes », indique Barry Murchie, président de TruLeaf. Jeunes pousses et micropousses de chou frisé, roquette, pois, brocoli et radis sont sur la liste des cultures que proposera GoodLeaf. D’autres produits pourraient aussi s’ajouter.

L’arrivée de cette usine en sol québécois est positive et accentuera l’autonomie alimentaire, croit Claude Laniel, directeur général des Producteurs en serre du Québec. « La gamme de produits qu’ils proposent est peu cultivée au Québec actuellement », mentionne-t-il. Selon lui, ce type de culture ne se pratique pas dans les champs puisque ça prend une terre parfaite pour produire des pousses.

Technologie avancée

Le président de TruLeaf explique que la ferme verticale permet de produire 365 jours dans un environnement contrôlé sans pesticide, herbicide ou fongicide et en utilisant beaucoup moins d’eau qu’en agriculture traditionnelle. L’agriculture verticale utilise l’hydroponie et les lumières DEL pour faire pousser les cultures. « Notre installation au Québec disposera d’avancées technologiques qui n’existent pas dans notre installation de Guelph, comme un système d’éclairage à DEL personnalisable permettant aux opérateurs de régler l’intensité et la quantité de lumière. Elle disposera également d’une circulation d’air optimisée et d’un plus large éventail de capacités d’emballage », précise Barry Murchie.

La construction de la première phase nécessitera un investissement estimé à 30 M$. Au moins une autre phase est prévue. À terme, l’entreprise emploiera 70 personnes au Québec. « Nous prévoyons agrandir l’installation de Longueuil par étapes et nous chercherons à investir davantage au Québec afin de nous assurer que nos produits sont facilement disponibles et accessibles », conclut le président.