fbpx

Des poulets du Québec… et des frites de l’Île-du-Prince-Édouard!

L’ouverture d’un restaurant appartenant à la grande famille des Rôtisseries St-Hubert est toujours une bonne nouvelle pour les éleveurs de poulets du Québec, qui produisent une très grande part des poulets servis dans ces établissements, qu’ils soient situés au Québec, en Ontario ou au Nouveau-Brunswick.

Le lancement d’un cinquième restaurant au Nouveau-Brunswick – le troisième en 2012 dans cette province –, le 12 septembre, a donc de quoi les réjouir.

« Les poulets servis dans ces cinq restaurants proviennent de fournisseurs du Québec (Exceldor et Olymel) et du Nouveau-Brunswick », a signalé à la Terre Josée Vaillancourt, porte-parole de St-Hubert, le 25 septembre. Mme Vaillancourt n’a pas pu préciser la proportion respective de chaque province. Elle a ajouté que ces poulets respectent tous les mêmes normes (poids, refroidissement à l’air, etc.), peu importe leur source.

Les Rôtisseries St-Hubert possèdent 117 établissements au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Ce fleuron de la restauration prépare 35 millions de repas par an au Canada. Les poulets servis au Québec et en Ontario proviennent d’Exceldor et d’Olymel.

Et les frites?

Les Fermes Cavendish, de l’Île-du-Prince-Édouard, fournissent les tonnes de frites qui accompagnent ces millions de repas, a noté Mme Vaillancourt, en réponse à la Terre. Auparavant, c’est McCain Foods Limited, du Nouveau-Brunswick, qui détenait le contrat. Pourquoi ne pas les acheter des producteurs de pommes de terre du Québec?

« Nous avons déjà évalué la possibilité d’être approvisionnés par un transformateur québécois. Malheureusement, sa structure ne pouvait répondre adéquatement à l’ensemble de nos besoins en termes de production, de soutien technique et d’expertise. Quand on peut recourir à des fournisseurs québécois, on le fait d’emblée », a expliqué la porte-parole.