© Beatriz Salas

© Beatriz Salas

Cidre et vin de glace du Québec protégés par une appellation

Le dossier s’étirait, mais c’est maintenant officiel : le Vin de glace du Québec et le Cidre de glace du Québec sont enfin reconnus par le ministre Paradis comme étant deux indications géographiques protégées (IGP).

 

 

Fini les imitations et les divergences de fabrication : les producteurs devront respecter un cahier de charges précis. Autrement, ils ne pourront plus inscrire sur leurs bouteilles, à partir de 2015, « vin de glace du Québec » ou « cidre de glace du Québec ». Le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV) s’assurera de la surveillance de ces deux appellations, ce qui garantira aux consommateurs l’authenticité des produits.

Réactions

« Ces deux nouvelles appellations représentent une excellente nouvelle pour le secteur des alcools du terroir, puisqu’elles viennent appuyer le travail fait par l’industrie pour se structurer, mettre en valeur les produits québécois et aider à leur différenciation », commentait aujourd’hui par voie de communiqué le ministre de l’Agriculture, Pierre Paradis.

Chez les producteurs, l’heure est évidemment à la fête et certains se promettent de déboucher quelques bouteilles pour souligner la nouvelle.

« Depuis près de 15 ans que nous travaillons sur une définition du produit et sur une appellation. C’est donc une très bonne nouvelle! » s’exclame d’emblée François Pouliot, président de La Face Cachée de la Pomme, une entreprise produisant près de 200 000 bouteilles de cidre de glace. Cette appellation concrétise le sérieux et l’authenticité du cidre de glace, un produit purement québécois. « Notre appellation vient mettre en place les bases mondiales de ce qu’est un cidre de glace. Du coup, cela nous procure une crédibilité internationale », assure M. Pouliot. Le cahier de charges impose une concentration des sucres obtenue par le froid naturel, un taux d’alcool entre 9 et 13 %, etc.

Concernant le vin de glace, Jean Joly, copropriétaire du Vignoble du Marathonien, lance quasi euphoriquement : « Mission accomplie! » Il expose également sa fierté de voir le Vin de glace du Québec devenir la première appellation dédiée au vin, au Canada, gérée par un organisme gouvernemental et auditée par une firme indépendante (Écocert). « En Europe les appellations dans le vin, ça existe depuis belle lurette. Mais ici, c’est une première, surtout certifiée par une tierce partie », indique M. Joly, qui livre environ 2 000 bouteilles de vin de glace sur les 100 000 qui sont produites au Québec.