Les réalités des marchés en milieux ruraux et urbains sont largement différentes, surtout du côté de l’achalandage. Crédit photo: Gracieuseté de l’AMPQ

Les réalités des marchés en milieux ruraux et urbains sont largement différentes, surtout du côté de l’achalandage. Crédit photo: Gracieuseté de l’AMPQ

Célébrer les marchés publics

Du 10 au 19 août, c’est le thème de la gratitude qui encadrera la Semaine québécoise des marchés publics. Le commerce local sera mis de l’avant, en encourageant les clients à remercier les producteurs d’ici pour leur travail.

Selon une enquête réalisée en 2018 par l’Association de l’Agrotourisme et du Tourisme Gourmand du Québec, sur un montant total de 100 $ déboursé dans les marchés publics, 60 $ sont dépensés en produits et 40 $ en autres activités et services offerts sur place. « Ces données démontrent très clairement l’impact économique des marchés sur le développement et l’économie locale », a déclaré le directeur général de l’Association des marchés publics du Québec (AMPQ), Jean-Nick Trudel, dans un échange de courriels avec La Terre.

Au Québec, les régions avec le plus de marchés publics sont l’Estrie et la Montérégie, qui regroupent plus de la moitié du réseau. C’est donc à compter du 10 août que chaque jour, les produits d’une nouvelle région seront mis en lumière à travers diverses activités pour favoriser l’essor des marchés publics. La porte-parole de l’événement, Julie Aubé, fera d’ailleurs une tournée des marchés durant 10 jours et son parcours sera publié sur la page de l’AMPQ.