fbpx
Photo : Archives / TCN

Photo : Archives / TCN

A&W promet des primes pour le bétail nourri à l’herbe

A&W Canada, qui ne sert actuellement que du bœuf nourri à l’herbe dans ses restaurants, souhaite s’approvisionner exclusivement au pays d’ici quelques années. Pour ce faire, la chaîne de restaurants a lancé, en janvier, un programme d’élevage en ce sens, avec un cahier des charges à suivre et des primes offertes aux abattoirs et aux éleveurs canadiens qui s’y conforment.

Le programme serait déjà implanté dans l’ouest du pays et en Ontario. Chez nous, des discussions sont entamées avec les Producteurs de bovins du Québec (PBQ).

« Seulement quelques mois après avoir lancé le projet, on avait reçu un million de livres de viande de bœuf canadien nourri à l’herbe. On n’en a pas reçu du Québec encore, car le programme n’y est pas lancé. Mais ça s’en vient, on est en discussions », assure Susan Senecal, présidente-directrice générale des Services alimentaires A&W du Canada, en entrevue avec La Terre.

Sans pouvoir préciser le nombre d’adhérents au programme depuis janvier, Mme Senecal juge que la réponse des éleveurs de la Saskatchewan, de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de l’Ontario est « très bonne » jusqu’ici. A&W s’engage à s’approvisionner auprès d’abattoirs qui redonneraient des primes aux éleveurs québécois pour le déploiement du projet.

Transition plus facile en Abitibi   

Selon le nouveau président des PBQ, Jean-Thomas Maltais, plusieurs éleveurs seront en mesure de répondre aux exigences d’A&W pour adhérer au programme, surtout dans des régions comme l’Abitibi où les veaux et les bouvillons sont élevés et engraissés au pâturage.

« Plusieurs nourrissent déjà leur bétail à l’herbe et au foin. Peut-être que dans certaines régions comme la Montérégie, les producteurs seront moins nombreux à intégrer le programme, par contre, car ils nourrissent plutôt les animaux au maïs d’ensilage », indique-t-il.