fbpx
La déception se lisait sur le visage de William après que Magalie lui eût fait part de toute son incertitude face à lui.

La déception se lisait sur le visage de William après que Magalie lui eût fait part de toute son incertitude face à lui.

Un coup de pelle dans le visage de William

Pauvre William! Un coup de pelle en plein visage aurait fait moins mal. Ça ne s’est pas du tout passé comme prévu pour l’agriculteur de Saint-Gabriel-de-Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent, lors du dernier épisode de L’Amour est dans le pré.

Lui qui pensait faire plaisir à Magalie en lui apprenant qu’il irait la visiter chez elle! Il n’a même pas eu le temps de lui annoncer la nouvelle qu’il s’est buté encore une fois à une surdose d’hésitation de la part de l’étudiante en communication.

On croyait bien que le baiser qu’ils s’étaient échangé la semaine dernière avait dissipé quelques doutes, mais non. Chassez le naturel et il revient au galop! Incertaine de ses sentiments, Magalie lui a même avoué qu’elle avait pensé abandonner l’aventure. Ainsi, William se retrouve à nouveau catégorisé dans cette fameuse case « ami ». Et dire qu’il venait tout juste d’annoncer à Cassandra qu’il ne l’avait pas choisie. Parfois, l’amour est cruel.

Il peut au moins se consoler en se disant que Stéphanie était beaucoup plus enchantée à l’idée de l’accueillir chez elle. Et puis, ils se sont aussi échangé un baiser. William aurait intérêt à lui accorder beaucoup plus d’importance plutôt que de concentrer ses énergies sur Magalie. À un moment donné…

C’est tout le contraire en Abitibi où un véritable triangle amoureux pointe à l’horizon. Il fallait voir la réaction de Maxime quand Audrey et Mireille se sont présentées devant lui en tenue légère. Audrey a une petite avance, mais rien n’est joué. De son côté, Mireille est vraiment en amour avec Maxime.

Bon matin, Maxime! Les filles lui ont fait un petit cadeau sur chaque joue pour célébrer la dernière journée de leur visite à la ferme.

Bon matin, Maxime! Les filles lui ont fait un petit cadeau sur chaque joue pour célébrer la dernière journée de leur visite à la ferme.

À Saint-Georges, en Beauce, Jean-Christophe a arrêté son choix sur Frédérique. Audrey ayant déjà l’aval du producteur pour passer à la prochaine étape, c’est Geneviève qui repart bredouille chez elle. Les deux ont avoué ne pas « avoir senti cette petite étincelle » qui leur aurait donné envie d’aller voir plus loin. Audrey est clairement en avance aux yeux de Jean-Christophe, mais je ne suis pas certain que ce soit réciproque. Elle l’aime bien, c’est sûr, mais peut-être pas autant que lui l’apprécie. Je trouve que Frédérique serait une parfaite compagne pour Jean-Christophe dans toutes les sphères de sa vie. Ils se complètent à merveille. En fait, ici, la seule chose qui manque, c’est une petite étincelle pour transformer cette amitié en une belle histoire d’amour. Frédérique devra sortir le grand jeu.

Frédérique était bien contente d’être choisie par Jean-Christophe, mais elle devra sortir le grand jeu.

Frédérique était bien contente d’être choisie par Jean-Christophe, mais elle devra sortir le grand jeu.

Les choix étaient déjà faits en Montérégie, autant chez Marco à Sainte-Martine que chez Simon à Granby. Il faudrait tout un revirement de situation pour que Marie-Ève ne soit pas l’élue du cœur de Marco. On mentionnait un « début de papillons » la semaine dernière. On parle maintenant « d’homme et de femme de ma vie ». Ça commence à être sérieux!

Personne n’a marqué de points pendant l’activité de baseball chez Marco.

Personne n’a marqué de points pendant l’activité de baseball chez Marco.

À Granby, Alexandra occupe toute la place dans le cœur de Simon. Selon ses dires, il reste quelques détails à vérifier avec la plus discrète Chanel, mais dans mon livre à moi, quand on est rendu à se bécoter sur le toit du silo… Alexandra a nettement l’avantage.

Quand c’est rendu à l’étape des petits becs en haut du silo, c’est pas mal officiel!

Quand c’est rendu à l’étape des petits becs en haut du silo, c’est pas mal officiel!

C’est maintenant au tour des agriculteurs d’aller visiter leurs prétendantes dans leur chez-soi. Aurons-nous droit à des surprises? Tout est possible!