fbpx
Crédit photo : Shutterstock.com

Crédit photo : Shutterstock.com

Les défis de travailler en couple

Travailler avec sa douce moitié peut être fort agréable lorsque tout va bien. Partager une belle complicité à la maison et à la ferme est souvent un atout important pour une entreprise familiale.

Cependant, tout peut rapidement basculer quand l’un des deux conjoints commet un écart. Les valeurs profondes de chacun se mélangent, la définition du couple s’embrouille, la colère et la peine prennent toute la place. Mais comment aborder le sujet avec l’autre lors de malaises?

Maryse et Luc avaient une vie bien rangée dans leur petit village. Mariés depuis 25 ans et parents de deux grands enfants, ils étaient complices à la maison comme au travail. Luc avait repris la ferme de son père et espérait bien la transmettre à l’un de ses garçons. Pour sa part, Maryse faisait la comptabilité et s’occupait de l’aspect paperasse de celle-ci. Bien sûr, leur couple avait déjà connu des moments difficiles, mais jamais une telle crise ne leur était arrivée.

« Lorsque nous sommes revenus de vacances cette année, il n’était plus le même. Sa tête était ici, mais son cœur était resté là-bas », me raconte Maryse. Luc lui a avoué avoir vécu « comme un autre coup de foudre ». Pour elle, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. « Je savais qu’il aimait les femmes, il les a toujours aimées », mentionne la productrice, qui éprouve de la difficulté à placer des mots sur ses sentiments. « Tout est confus. Je pense que c’est sa crise de la cinquantaine. Je ne suis pas sûre de ce que je vais faire maintenant », ajoute-t-elle, hésitante.

Son mari, Luc, ne l’a pas trompée au sens propre. « Physiquement, il n’a pas été infidèle, mais quelque chose a changé dès qu’il est revenu à la ferme. J’ai surpris des échanges par courriels avec une fille de là-bas, belle, jeune et inaccessible », soupire-t-elle. Le retour à la réalité a été un choc, tant pour Maryse que pour son conjoint.

Toutefois, elle ne compte pas abandonner la partie pour autant. « Je ne veux pas renoncer à lui pour une amourette, un fantasme; c’est impensable. Je ne souhaite pas quitter l’entreprise qu’on a bâtie. La relève est incertaine et je ne me vois pas partir dans cet état-là », confie Maryse. Pour l’instant, elle laisse le temps faire son œuvre. Elle demeure ouverte à la discussion, mais précise qu’elle attend qu’il vienne vers elle. Elle ne peut pas croire que ce retour de voyage prend ce tournant cauchemardesque.

Maryse a conseillé à Luc de consulter, seul ou avec elle. Elle ne peut pas l’empêcher d’échanger avec la jeune fille, mais elle a pris soin de lui expliquer son malaise et ses craintes face à ce qu’il vit. Elle lui a rappelé son amour pour lui ainsi que sa fierté de ce qu’ils ont construit ensemble. Lorsqu’elle en ressent le besoin, elle n’hésite pas à en parler à une amie qui sait l’écouter sans la juger, simplement. Elle est également consciente qu’elle peut consulter un psychologue, un travailleur de rang ou un thérapeute de couple pour voir ce sur quoi elle a du contrôle dans la situation et apprendre à mettre ses limites.

On ne sait pas si la relation de Maryse et Luc survivra à cette tempête. Cependant, ils possèdent des outils pour avancer dans la même direction s’ils le désirent. Ils ont besoin d’une bonne communication et de respect mutuel afin de résoudre leurs problèmes.