Les producteurs hors-Québec devront maintenant faire face aux dépenses et aux heures supplémentaires consacrées à l’obtention d’ordonnances pour des médicaments d’usage courant. Crédit photo : Archives/TCN

C’est une véritable révolution. Depuis le 1er décembre, les éleveurs des autres provinces canadiennes doivent, comme c’est le cas au Québec depuis longtemps, obtenir une prescription de leur vétérinaire pour se procurer un « antimicrobien d’importance médicale ». 

Cette mesure dévoilée par Santé Canada vise à préserver l’efficacité des antimicrobiens sur l’humain,...
Lire plus