Pierre-Paul Van Velzen prendra la relève de la Ferme Van Velzen et Fils en Montérégie après l’obtention de son diplôme collégial, comme cinq jeunes producteurs sur six. Crédit photo: Archives/TCN

Pierre-Paul Van Velzen prendra la relève de la Ferme Van Velzen et Fils en Montérégie après l’obtention de son diplôme collégial, comme cinq jeunes producteurs sur six. Crédit photo: Archives/TCN

La relève est de plus en plus formée

La relève est de plus en plus instruite, la présence féminine à la tête d’entreprises agricoles est accrue, et les démarrages d’exploitations ont été en légère augmentation en 2016.

C’est le portrait que dresse le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) dans son recensement 2016 de la relève établie au Québec. C’est le troisième exercice du genre en 10 ans.

Incontournables études

En 2016, cinq jeunes producteurs sur six ont obtenu un diplôme d’études postsecondaires (83 %), une hausse de près de 10 % depuis le premier recensement de 2006, preuve que ces entrepreneurs sont de plus en plus portés à poursuivre leurs études.

Les nouveaux agriculteurs ont généralement en main un diplôme d’études professionnelles ou collégiales. Toutefois, le dernier exercice révèle que le diplôme universitaire gagne en popularité avec une augmentation annuelle de 0,5 %.

Plus de femmes

Aujourd’hui, près du tiers (27 %) de la relève agricole est féminine, selon l’étude du MAPAQ. Ce pourcentage reste relativement stable par rapport au dernier recensement de 2011, mais une hausse de 3 % est constatée depuis 2006.

Bien que près de la moitié de la relève établie utilise des outils d’épargne comme un régime enregistré d’épargne retraite (REER) ou un compte d’épargne libre d’impôt (CELI), les femmes sont plus enclines à en tirer avantage.

Établissement

Le transfert familial d’une exploitation en activité est toujours le mode d’établissement le plus populaire pour la relève, particulièrement en ce qui a trait à la gent masculine.

À 44 % contre 32 % chez les hommes, les agricultrices choisissent de démarrer une nouvelle entreprise, ce qui explique la légère hausse de ce type d’établissement (2 %) entre 2011 et 2016.

D’ailleurs, pour s’établir en agriculture, une proportion croissante de jeunes opte pour la location. En 2016, plus du tiers des entrepreneurs ont commencé en louant des actifs de production (35 %) et plus du quart en procédant à la location de terres (26 %).

Activités principales de la relève
Production laitière (37 %)
Grandes cultures (14 %)
Acériculture et cultures maraîchères et fruitières (11 %)