• Une photo de famille non apparentée : Jacques Massé transfère sa ferme à Émilie Ménard et son conjoint. « Il nous donne une chance. Il nous a offert un premier bloc de parts dans l’entreprise contre de “l’huile de coude” et du bon vouloir », explique Émilie. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

    Une photo de famille non apparentée : Jacques Massé transfère sa ferme à Émilie Ménard et son conjoint. « Il nous donne une chance. Il nous a offert un premier bloc de parts dans l’entreprise contre de “l’huile de coude” et du bon vouloir », explique Émilie. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

  • La ferme compte près de 60 têtes et devrait passer sous régie biologique d’ici quatre ans. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

    La ferme compte près de 60 têtes et devrait passer sous régie biologique d’ici quatre ans. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

  • La petite d'Émilie a parfois une gardienne bien spéciale! Crédit photo : Martin Ménard/TCN

    La petite d'Émilie a parfois une gardienne bien spéciale! Crédit photo : Martin Ménard/TCN

  • Jacques Massé préférait voir une relève s’occuper de ses bêtes plutôt que de vendre celles-ci à l’encan. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

    Jacques Massé préférait voir une relève s’occuper de ses bêtes plutôt que de vendre celles-ci à l’encan. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

  • Les vaches sont heureuses dans la nouvelle étable au plafond plus haut. Elles sont aussi en bonne compagnie! Crédit photo : Martin Ménard/TCN

    Les vaches sont heureuses dans la nouvelle étable au plafond plus haut. Elles sont aussi en bonne compagnie! Crédit photo : Martin Ménard/TCN

  • Les enfants jouent pendant que les parents travaillent! Un jour, ce sera peut-être l’inverse… Crédit photo : Martin Ménard/TCN

    Les enfants jouent pendant que les parents travaillent! Un jour, ce sera peut-être l’inverse… Crédit photo : Martin Ménard/TCN

  • Émilie Ménard aurait aimé être vétérinaire. Elle vit sa grande passion pour les animaux à la ferme, avec ses enfants. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

    Émilie Ménard aurait aimé être vétérinaire. Elle vit sa grande passion pour les animaux à la ferme, avec ses enfants. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

  • Une transition non apparentée demande des compromis de part et d’autre. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

    Une transition non apparentée demande des compromis de part et d’autre. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

La folle vie d’Émilie Ménard

Émilie Ménard vit à un rythme d’enfer pour réaliser son rêve de posséder sa propre ferme laitière. Et elle y arrivera sous peu, grâce à une volonté de fer, du cran et de l’ardeur au travail. Portrait d’une jeune agricultrice de 28 ans qui inspire les gens autour d’elle.

La folle vie d’Émilie Ménard commence à 5 h le matin alors qu’elle quitte sa résidence située à une dizaine de minutes de la ferme pour aller traire les vaches. Elle revient à la maison à 7 h pour le déjeuner des enfants, retourne nourrir les bêtes, revient pour cuisiner le dîner, et retourne à l’étable en après-midi pour l’entretien et la gestion du troupeau. En bonus, elle effectue une partie de ses tâches avec la petite Zoé sur son dos, dans le porte-bébé!

Revenue de la traite, la « machine Émilie Ménard » dit bonne nuit à ses trois enfants et complète parfois sa journée par une brassée de linge! « C’est sûr que ça fait des grosses semaines, mais c’est notre projet de vie d’avoir une ferme. Si tout se déroule comme prévu, dans 10 ans, mon conjoint pourra laisser son emploi pour venir travailler à temps plein ici », décrit Émilie, le sourire dans les yeux.

L’agricultrice prend graduellement possession de la ferme d’un agriculteur qui ne lui est pas apparenté. Depuis 2015, elle travaille à temps plein à la ferme de Jacques Massé sans recevoir de salaire. En échange, le propriétaire actuel la rémunère avec des parts. « Nous vivons uniquement sur le salaire de mon conjoint qui travaille à l’extérieur. Nous ne sommes pas riches, mais nous nous débrouillons », dépeint Émilie.

« C’est là que tout a commencé! »

Les parents d’Émilie ne possédant pas de ferme, c’est le hasard de la vie qui s’est chargé de lui en trouver une. « Quelqu’un qui savait que je cherchais une ferme m’a donné le numéro de Jacques et c’est là que tout a commencé! » se remémore-t-elle.

L’entreprise laitière située au Bas-Saint-Laurent change progressivement de mains et les propriétaires effectuent conjointement cette opération dans un contexte de croissance. Émilie et son conjoint jouent les menuisiers avec M. Massé depuis trois ans pour agrandir l’étable. Ils ont aussi augmenté la production du troupeau de 18 à 31 kg/jour. Ambitieuse, Émilie veut accroître la rentabilité de la ferme en amorçant sous peu une transition vers la régie biologique. Décidément, rien ne l’arrêtera!

Une photo de famille non apparentée : Jacques Massé transfère sa ferme à Émilie Ménard et son conjoint. « Il nous donne une chance. Il nous a offert un premier bloc de parts dans l’entreprise contre de “l’huile de coude” et du bon vouloir », explique Émilie. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

Une photo de famille non apparentée : Jacques Massé transfère sa ferme à Émilie Ménard et son conjoint. « Il nous donne une chance. Il nous a offert un premier bloc de parts dans l’entreprise contre de “l’huile de coude” et du bon vouloir », explique Émilie. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

Comme dans toutes les familles

Le transfert de ferme non apparentée impose des compromis. « Parfois, c’est difficile, admet Jacques Massé. On pense toujours qu’on est le propriétaire, mais il faut se mettre dans la tête qu’on doit céder la propriété à une relève qui a des idées différentes. »

Avez-vous eu des chicanes de famille « non apparentées »?

« Oui! Il y a une confrontation des générations. Mais je me dis que ce serait pareil avec mon propre père », nuance Émilie Ménard. Les deux propriétaires soulignent l’importance de se parler, de se serrer les coudes et de miser sur les forces de chacun. 

 

VOIR AUSSI
Comme un sillon de labour