Une église sur six vendue ou transformée

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Depuis 2003, 456 églises, soit 1 sur 6, ont été vendues, transformées, fermées ou démolies. Et la tendance semble s’accélérer depuis 2011 avec une moyenne d’une quarantaine de fermetures par année. Le milieu rural est particulièrement touché.

« Une centaine de ces 456 églises sont maintenant la propriété de corporations municipales, dont une forte majorité dans les communautés de moins de 5 000 habitants », constate Andréanne Jalbert-Laramée, conseillère auprès du Conseil du patrimoine religieux du Québec.

« Ça semble être une particularité des régions », ajoute-t-elle, estimant qu’une vingtaine d’églises sont présentement en vente au Québec.

« En région rurale, la symbolique de l’église est assez importante. Les gens ne veulent pas la perdre », témoigne pour sa part Julien Benoît, directeur de la Coopérative de solidarité Destination Saint-Camille, qui a transformé l’église paroissiale en centre de congrès éclaté, en milieu rural.

Presque donnée

À Thetford Mines, la paroisse Saint-Alexandre disposait à elle seule de cinq églises, mais a choisi de n’en conserver qu’une seule, soit Saint-Alphonse. Ces dernières années, trois ont été vendues à des particuliers, dont l’église Notre-Dame et son presbytère. Faute de moyens financiers, la Fabrique avait même dû se résoudre à couper le chauffage.

« On l’a presque donnée », soupire le président du Conseil de la Fabrique, Marcel Nadeau, précisant que la vente se situe bien en dessous de 100 000 $.

Le président indique par ailleurs que la 4e église, Sainte-Marthe, est présentement en processus d’évaluation. Dotée d’une grande verrière dans la façade et de trois nefs, celle-ci serait unique au Québec. Elle jouit d’ailleurs du statut d’édifice patrimonial, ce qui limite pour autant les projets de transformation. La Fabrique, affirme Marcel Nadeau, serait prête à en faire don à la municipalité, jugeant qu’elle pourrait devenir une excellente bibliothèque.

« On en a parlé aux représentants de la Ville, mais il n’y a pas d’intérêt », se désole le président.

VOIR AUSSI
Pratique religieuse plus faible en milieu rural
Ce qu’elles sont devenues
Saint-Marcel mise sur le communautaire