La récolte de bois a augmenté de 16 % en 2016 en forêt privée. Crédit Photo : Martin Ménard/TCN

La récolte de bois a augmenté de 16 % en 2016 en forêt privée. Crédit Photo : Martin Ménard/TCN

Importante hausse de la production en forêt privée

Après des années marquées par les mauvaises nouvelles, la production en forêt privée prend du mieux. La récolte de bois a augmenté de 16 % en 2016, ce qui équivaut à 6 millions de mètres cubes de solides de bois. Une valeur totalisant 354 M$.

La Fédération des producteurs forestiers du Québec indique que ces volumes représentent environ 17 % des approvisionnements des usines de transformation de bois du territoire.

Le responsable à la mise en marché à la Fédération, Marc-André Rhéaume, explique principalement cette hausse de production par la demande accrue des usines. « Pendant longtemps, les producteurs n’avaient pas de marché pour leur bois. Mais les usines ont augmenté leurs achats, ce qui a incité les producteurs à produire plus », commente M. Rhéaume. Ce dernier ajoute que la mécanisation des opérations forestières en forêt privée contribue aussi à l’accroissement de la production. Dans les régions concernées, des propriétaires se sont également hâtés de récolter certains peuplements avant l’arrivée de la tordeuse des bourgeons de l’épinette.    

Un prix plus élevé, svp

Les conditions des producteurs restent cependant difficiles, souligne la Fédération, et ce, en raison du prix du bois rond, qui demeure inférieur à ce qu’il était avant la crise forestière. « Le prix a augmenté pour le bois transformé [en planches] par les scieries, mais les scieries ne payent pas plus cher le bois rond qu’elles achètent du producteur; un décalage qu’on comprend mal », déplore Marc-André Rhéaume, également ingénieur forestier.

Le gouvernement à l’assaut de la tordeuse

L’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette prend de l’ampleur et inquiète. Les deux foyers d’infestation originalement situés en Abitibi et dans le secteur Saguenay–Lac-Saint-Jean/Côte-Nord s’agrandissent. La tordeuse a traversé le fleuve et attaque la Gaspésie de même que le Bas-Saint-Laurent. Marc-André Rhéaume rapporte également la présence de cet insecte dans la région des Laurentides et dans Charlevoix. Il affirme que déjà l’an dernier, 850 000 hectares de forêt privée étaient infectés.

Les forestiers ont donc accueilli très favorablement la décision du ministre des Finances, Carlos Leitão, d’octroyer 10 M$ pour combattre cette épidémie, essentiellement par la pulvérisation aérienne d’un insecticide biologique. Le dernier budget provincial ajoute également des fonds pour la production de plants forestiers. « Les dégâts causés par la tordeuse obligent les producteurs à reboiser davantage. Nous aurons besoin d’environ 20 millions de plants pour reboiser nos forêts en 2017, alors qu’historiquement nous en avions besoin de 11 millions. La volonté de l’État de moderniser les pépinières forestières va donc aider », assure M. Rhéaume.