La Ferme Denis Desfossés s’étend sur 27 hectares. Le propriétaire dit récolter principalement du foin sec pour l’alimentation de son troupeau. Crédit photo : Gracieuseté PLQ

La Ferme Denis Desfossés s’étend sur 27 hectares. Le propriétaire dit récolter principalement du foin sec pour l’alimentation de son troupeau. Crédit photo : Gracieuseté PLQ

Denis Desfossés n’achète jamais de vaches

QUÉBEC — Denis Desfossés s’y connaît en matière de qualité du lait. Et ce n’est pas parce qu’il possède beaucoup de vaches. Loin de là! L’éleveur de Sainte-Brigitte-des-Saults, près de Drummondville, possède l’un des plus petits troupeaux au Québec, à peine 34 sujets, dont une vingtaine seulement en lactation.

« Je n’achète jamais d’animaux et je n’en ai jamais acheté », affirme le lauréat Or du concours Lait’xcellent 2016 pour expliquer en partie son succès. Il faut croire que sa recette pour éviter la propagation des maladies est bonne. Au cours des 13 dernières années, il n’a raté qu’une seule fois le palmarès des 25 meilleures fermes laitières pour la qualité du lait. Il a remporté l’argent en 2010 et 2014, ainsi que le bronze en 2006 et 2007.

Recette du succès

Plusieurs autres détails entrent en jeu pour obtenir une qualité de lait supérieure. Denis Desfossés est parvenu à maintenir les bactéries totales à une moyenne de 5 500 (minimum 3 000 et maximum 7 000) et les cellules somatiques à 29 917 (minimum 18 000 et maximum 52 000). Il attribue aussi sa réussite au soin méticuleux apporté à la propreté de ses équipements.

« Je mets aussi beaucoup de litière sous les animaux, indique Denis Desfossés. C’est une bonne façon de les protéger contre les maladies. Si la paille est humide, je la change afin que les vaches restent le plus longtemps possible au sec. »

Denis Morin, 1er vice-président des Producteurs de lait, présente le prix Lait’xcellent Or 2016 à Denis Desfossés. Crédit photo : Pierre-Yvon Bégin

Denis Morin, 1er vice-président des Producteurs de lait, présente le prix Lait’xcellent Or 2016 à Denis Desfossés. Crédit photo : Pierre-Yvon Bégin

Parce qu’il porte un soin méticuleux à l’hygiène, Denis Desfossés estime combattre efficacement la propagation des bactéries. Il n’utilise donc jamais les vaccins contre la mammite.    

« Je fais aussi attention à ne pas faire de la surtraite, ajoute-t-il. La nature n’est jamais égale, de sorte qu’il y a de petits et de gros trayons. Si on se fie seulement au retrait automatique, des animaux vont être plus fragiles. »

Est-il possible de bien vivre avec les revenus d’un aussi petit troupeau? Oui, répond d’emblée Denis Desfossés, soulignant que ses dépenses sont relativement peu élevées. En 1990, il a pris la relève de la ferme familiale (4e génération) et s’est contenté d’une réfection de l’étable en 1996 tout en conservant le même toit. Il confie aussi la récolte de son fourrage à forfait.

« Lorsqu’on n’a pas d’investissement, peu de machinerie, les revenus sont là », se réjouit-il.