En date du 18 mai dernier, 428 demandes de licences de production de cannabis médical étaient en cours de traitement au Canada. Photo: Archives/TCN

En date du 18 mai dernier, 428 demandes de licences de production de cannabis médical étaient en cours de traitement au Canada. Photo: Archives/TCN

Cannabis: les gros producteurs continuent de croître

Grâce au renouvellement de son permis, le seul producteur de marijuana médicale autorisé du Québec, Hydropothecary, a reçu un précieux cadeau de la part de Santé Canada : le droit d’agrandir ses locaux et d’augmenter significativement sa production de cannabis.

Cette mesure s’applique aussi aux 50 producteurs autorisés du pays afin de combler une demande toujours croissante de marijuana médicale, mais également à les préparer à la légalisation à venir.

« Santé Canada nous a accordé une licence qui nous permet de produire autant de cannabis que nous pouvons en stocker et supprime toutes les limites annuelles de vente de marijuana, d’huiles, de plantes et de graines séchées », résume la porte-parole d’Hydropothecary, Julie Beun. Le nombre de clients inscrits auprès des producteurs autorisés augmente en moyenne de 10 % par mois, certes, mais Mme Beun n’attribue pas le geste de Santé Canada qu’à la hausse de la demande. Elle ajoute que « cela signale un mouvement majeur de la part de Santé Canada en vue d’accélérer l’expansion de l’industrie avant la légalisation du 1er juillet 2018 ». Le gouvernement abonde dans le même sens. « Si jamais le projet de loi sur le cannabis était adopté par le Parlement et entrait en vigueur, ces mesures aideraient à assurer la disponibilité de la marijuana légale, de qualité contrôlée », explique la porte-parole du ministère de la Santé, Tammy Jarbeau.

De ce fait, Santé Canada a décidé d’allouer des ressources pour simplifier la délivrance des licences et permettre aux producteurs de gérer leur production en fonction de la capacité de leur chambre forte. Concrètement, Ottawa augmente le nombre de demandes de permis étudiées et traitées, effectue certaines étapes de vérification de dossiers simultanément, donne aux producteurs autorisés la possibilité de mieux gérer la production et simplifie les démarches de modification ou d’agrandissement des installations de ceux qui ont un bon dossier. Santé Canada a d’ailleurs approuvé la construction de deux bâtiments supplémentaires à Hydropothecary, à Gatineau.

Cannabis récréatif

À Ottawa, le projet de loi sur le cannabis déposé en avril dernier n’a pas donné l’opportunité de déterminer précisément qui pourra se lancer dans la production commerciale de marijuana récréative, mais souligne que c’est Santé Canada qui délivrera les permis de production et que les provinces orchestreront la distribution et la mise en marché. On ne sait pas, pour le moment, si les conditions de production récréative seront exactement les mêmes que pour la production de marijuana thérapeutique (protection par de hautes clôtures, cultures en serre seulement, etc.). Cependant, les normes de production dans le Règlement sur le cannabis à des fins médicales sont sévères et la prolongation de ce modèle devrait être celle privilégiée par le gouvernement pour la production récréative, selon la professeure titulaire au Département de criminologie de l’Université d’Ottawa Line Beauchesne. La future loi va s’accompagner d’un ou de plusieurs règlements qui vont préciser les questions de production récréative.

Avec la collaboration de Thierry Larivière.