C’est par le biais de son ambassadeur à Washington qu’Ottawa a répliqué aux propos du président américain Donald Trump.

C’est par le biais de son ambassadeur à Washington qu’Ottawa a répliqué aux propos du président américain Donald Trump.

Le Canada réplique aux accusations de Trump

Les pertes des producteurs de lait du Wisconsin sont attribuables à une surproduction aux États-Unis et non à la gestion de l’offre au Canada. C’est l’argument invoqué par l’ambassadeur du Canada à Washington, David MacNaughton, pour protester officiellement contre les récents propos du président des États-Unis, Donald Trump.

En visite au Wisconsin le 17 avril, celui-ci a accusé le Canada de pratiques commerciales « injustes », s’attaquant directement aux producteurs de lait et à la gestion de l’offre.

Le président des Producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre, a répliqué vivement aux transformateurs américains lors de l’assemblée générale annuelle de son organisation, la semaine dernière, à Québec. Crédit photo : Pierre-Yvon Bégin / TCN

Le président des Producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre, a répliqué vivement aux transformateurs américains lors de l’assemblée générale annuelle de son organisation, la semaine dernière, à Québec. Crédit photo : Pierre-Yvon Bégin / TCN

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, n’a pas réagi personnellement aux accusations du président Trump. Son bureau a fait savoir à la Terre que la position du Canada était contenue dans une lettre que l’ambassadeur MacNaughton a fait parvenir aux gouverneurs des États du Wisconsin et de New York.

Dans cette missive, l’ambassadeur canadien rappelle aux gouverneurs que la balance commerciale dans le secteur du lait penche en faveur des États-Unis dans une proportion de cinq contre un. Les exportations américaines de protéines laitières incluant le lait diafiltré au Canada, note-t-il, ont progressé de 33 à 98 M$ de 2011 à 2016.

« On ne peut attribuer la faute au Canada pour la situation générale à laquelle doivent faire face les producteurs de lait canadiens et américains », écrit l’ambassadeur. Il prie ses correspondants « de ne pas attribuer à tort » la responsabilité des changements économiques causés par les tendances du marché mondial.

Du cynisme

Le président des Producteurs de lait du Québec (PLQ), Bruno Letendre, a pour sa part qualifié de « pur cynisme » les accusations de « pratiques déloyales » lancées par les transformateurs de lait américains et reprises hier par Donald Trump. Selon Bruno Letendre, ses confrères américains sont les artisans de leur malheur en refusant d’adopter la gestion de l’offre pour faire correspondre leur production aux besoins.

« Leur malheur, a-t-il déclaré au cours de l’assemblée générale annuelle de son organisation la semaine dernière à Québec, c’est aussi d’être à la merci de l’usine où ils livrent leur lait, qui peut unilatéralement mettre fin au contrat d’approvisionnement. »

À LIRE AUSSI
Le « protectionnisme » canadien dénoncé aux États-Unis
75 fermes du Wisconsin menacées de fermeture